Des jeunes hollandais racontent ce qu’ils ont vu et appris durant leur séjour au Burkina Faso avec CREDO

1

Des jeunes hollandais racontent ce qu’ils ont vu et appris durant leur séjour au Burkina Faso avec CREDO

Une équipe de jeunes élèves hollandais à l’école Revius College de Rotterdam venue au Burkina Faso pour découvrir les projets de CREDO racontent dans cet article, les péripéties de leurs traversées dans le pays des hommes intègres. Découvrez les expériences parfois choc et souvent hot, des jeunes éblouis par le visage ensoleillé du Burkina Faso.

Lundi, en route pour le Burkina Faso

Ce matin, à sept heures moins le quart, nous sommes arrivés à l’école Revius College de Rotterdam avec nos familles et un certain nombre d’enseignants qui sont venus nous déposer. Nous avons prié ensemble et avons chanté une chanson de bénédiction. Alors le voyage pourrait vraiment commencer.

Notre départ est filmé par nos parents, de nombreuses photos et vidéos sont déjà prises. Déjà, au bout de deux minutes, une mère commençait à s’inquiéter, mais heureusement ce n’était pas nécessaire parce que tout le voyage s’était bien passé. Nous avons été conduit à l’aéroport de Bruxelles Zaventem, où nous sommes arrivés à dix heures et demie. Nous avons tous passé la douane bien que Rosely ait même été pris pour un Oreo’s …

Le vol s’est bien passé, les opinions divergent quant à savoir si c’était un vol «approximatif» ou moyen. Au refuge de la capitale burkinabè, Ouagadougou, Petter avait peur que sa valise ne soit pas encore arrivée, mais heureusement notre gentil groupe n’avait fait que cacher sa valise.

Ce que nous avons remarqué à Ouagadougou, c’était la chaleur, la scène dans les deux côtés de la route, on voyait des femmes et des enfants vendre des objets, des fruits, et nous avons été surpris par tous les scooters sur la route, mais aussi les gens sympathiques. C’est fou que nous sommes maintenant vraiment là!

Nous avons eu un bon dîner dehors: des frites avec une salade et de la viande, sans parler de la mayonnaise. Le bouchon avait laché, ce qui a entraîné beaucoup de mayonnaise sur l’assiette de Pieter – et puis aussi sur celle de Marinke. La ‘grande’ libellule était très effrayante et quand la lumière s’éteignit, Benjamin avait déjà allumé sa lampe de poche en une seconde.

Mardi, sur le chemin de Bobo

Après avoir dégusté une délicieuse omelette à 7 heures du matin et fermé nos valises, nous sommes allés au siège du CREDO à Ouagadougou. Le personnel faisait une étude biblique sur la sanctification et ce que l’Ancien et le Nouveau Testament disent à ce propos. C’était très agréable de voir comment le personnel a pris le temps de plonger dans la Bible ensemble.

Et puis, tout à coup, il est neuf heures et le long voyage à Bobo-Dioulasso était au programme. Quand nous sommes partis de Ouagadougou, nous sommes allés prier le long de la route pour demander àDieu de nous protéger durant notre voyage à Bobo-Dioulasso.

C’était un total de six heures sur la route, mais nous ne nous sommes certainement pas ennuyés! Ces six heures, nous avons déjà vu beaucoup de pauvreté le long du chemin dans les villages que nous avons visités. Des enfants de six ans avec un grand panier sur la tête et avec un regard plein d’espoir dans leurs yeux. Entre temps, nous sommes allés manger dans un restaurant le long de la route. Nous avons mangé du couscous avec de la viande de chèvre et de la sauce tomate. Benjamin, Tjeerd et Pieter se sont servi un piment très chaud, très très chaud. Benjamin n’oubliera jamais ce piment. A cinq heures nous sommes arrivés trempés de sueur à l’hôtel.

Dans la soirée, nous sommes allés au supermarché tout aussi rapidement pour acheter de la nourriture pour les visites à domicile de demain. Ensuite, nous sommes allés dans un restaurant et nous avons eu un bon dîner. Maintenant, le soir après nous avons eu une belle soirée de fermeture. Nous avons discuté et jouer à des jeux. Demain est une autre longue journée.

 

Mercredi, à l’école de Bama

 

Aujourd’hui nous nous sommes levés tôt encore. Nous avons eu un bon petit déjeuner. Un point culminant au petit déjeuner était le jus de gingembre de Pieter, qu’il a aimé beaucoup.

Après le petit déjeuner, nous sommes allés en direction de Bama. Après une route cahoteuse, nous sommes arrivés à un bâtiment, très petit, mais assez grand pour faire leur travail. De là, un certain nombre de personnes de CREDO travaillent sur les droits de l’enfant. Au Burkina Faso, les enfants sont souvent encore désavantagés, la maltraitance des enfants et les filles mariées. Ce projet n’est pas financé par une organisation étrangère, c’est l’organisation CREDO elle-même qui veut apporter un changement positif aux problèmes qui se posent dans ce pays tels que la pauvreté, la sécheresse et l’accès à l’éducation.

Ensuite, nous sommes allés voir le travail de nos propres yeux. Nous sommes arrivés dans un village où un groupe de femmes est actif. Toutes ces femmes n’avaient pas d’emploi au début, et devaient assumer la charge d’un très grand nombre d’enfants. CREDO est engagé pour ces femmes, aujourd’hui, grâce à CREDO, ces hommes et ses femmes arrivent à envoyer tous leurs enfants à l’école.

Après cela, nous avons eu un bon déjeuner, où Benjamin et Tjeerd étaient les seuls à avoir mangé leur assiette vide 😉 (Le serveur a tardé à nous servir…) Puis nous sommes retournés à Bobo en chemin. Nous avons ensuite visité deux familles. Nous avons parlé, prié et donné un paquet de nourriture aux deux. Les gens étaient très enthousiastes. Ici, nous avons expérimenté comment les gens deviennent reconnaissants et joyeux à partir de choses simples, et c’est précisément ces expériences qui vous font réaliser à quel point nous sommes reconnaissants de ce que nous avons.

Le soir, nous avons dégusté des pizzas et des salades et nous avons joué de bons jeux. Demain, il y a un bon programme qui nous attend…

jeudi, THIS IS AFRICA

Aujourd’hui était un jour où nous avons pris connaissance de la flexibilité africaine: This Is Africa! C’était une journée pleine de surprises.

Nous avons commencé avec un petit déjeuner à l’hôtel et sommes ensuite partis pour le complexe scolaire Baraka. C’est une école créée par CREDO. Nous avons reçu un accueil chaleureux du directeur, qui a fièrement donné une présentation sur son école. Au complexe scolaire, nous avons visité les différentes écoles professionnelles. Lors de la formation du coiffeur, les filles avaient des tresses de rasta dans les cheveux. Rosely a même réussi à obtenir son poney jusqu’à une crête. 😉

Un autre projet que nous avons visité était le projet de construction où Anne Myrthe a construit une brique sur les toilettes. Quelques gars ont fièrement montré leur travail de soudure. Tjeerd et Benjamin ont bien sût mis la main dans la patte. Dans cet atelier électrique, nous avons également été autorisés à admirer un certain nombre de machines hollandaises. Lors d’une visite en classe, Pieter a été autorisé à faire ce qu’il sait bien faire … enseigner. En français, il a appris la grammaire latine. Dans une classe, nous avons également encouragé certains élèves et leur avons parlé du système scolaire néerlandais.

Après avoir disséqué et mangé du poisson (certains pour la première fois), mon moment préféré de la journée a commencé. Nous avons été autorisés à visiter les écoles primaires. Nous avons reçu un accueil chaleureux des enfants quand ils ont commencé à chanter très fort et heureusement pour nous. La gaieté sur les visages est inestimable. Le moment le plus drôle a été quand nous avons commencé à enseigner aux enfants la tête-épaules-genou-et-orteil. Ils ont vraiment aimé ça. Un autre moment spécial fut le chant de l’hymne national. Nous avons demandé au directeur et à un enseignant de chanter leur hymne national pendant le dîner. Immédiatement, ils se sont levés et nous ont demandé de nous lever et ils ont commencé à chanter leur hymne national avec passion et fierté. Bien sûr, nous ne pouvions pas rester en arrière et nous avons chanté les versets 1 et 6 de notre hymne national.

Pour rester dans la fierté hollandaise, nous avons commencé à faire du sport contre quelques élèves de l’école. C’était un jeu très intense, surtout dans la chaleur africaine. Avec l’aide du professeur de sport, nous avons réussi à maintenir l’honneur des Pays-Bas en gagnant 5-8. C’était bien sûr dû à notre bon travail d’équipe, au coaching de CJ et des fanatiques Tjeerd et Pieter. Pendant le reste, on nous a donné de l’eau propre et fraîche dans des sacs.

Après nous être un peu refroidis et reposés, nous avons quitté l’école avec notre camionnette à l’usine d’huile. Notre guide, Fadi,  a pensé que c’était très important parce que les jeunes des écoles professionnelles font aussi un stage et peuvent garder un emploi. Nous avons été surpris quand la tournée a commencé avec le coton. Ce qui apparaît: l’huile peut également être faite à partir de coton. Avec les casques sur la tête, nous avons fait le tour de l’usine et avons vu chaque étape du coton au pétrole.

A la fermeture de la soirée, nous avons lu le psaume 23 et nous avons discuté de la journée. Nous découvrons de plus en plus cette semaine à quel point la prière est importante. Aujourd’hui, nous avons été autorisés à l’entendre à nouveau. Le pasteur de l’école a prié avec nous pendant les jours qui ont précédé notre arrivée, afin que nous puissions venir en toute sécurité, en sécurité dans ce pays et aussi pour le voyage de retour. C’est spécial de voir que Dieu est partout et qu’ils attendent tant de Dieu. Nous espérons que vous avez apprécié ce blog à nouveau. Demain, de nouvelles histoires.

vendredi, les noix de cajou

Aujourd’hui, nous avons visité le projet de Noix de Cajou, pour lequel nous avons été envoyé au Burkina Faso. Après un bon petit déjeuner, nous sommes montés dans la camionnette et nous nous sommes dirigés vers l’usine de noix de cajou.

Quand nous sommes arrivés à l’usine, nous avons été chaleureusement accueillis et emmenés au bureau. Le directeur de l’entreprise était un Néerlandais qui travaille avec sa femme mi-zambienne et un vrai Rotterdammer qui y travaille depuis quelques mois. Harm Voortman, directeur de l’usine, a dit quelques choses sur le travail qu’ils font là-bas et la coopération avec CREDO et Woord en Daad.

Après cette information, ll nous a conduits autour de l’usine, nous a montré comment les noix sont traitées et nous a dit que 1300 personnes ont un travail grâce à cette usine. Bon à savoir: c’est un ancien élève soutenu par une famille néerlandaise qui est le chef d’usine. Un beau résultat de sponsoring.

Ensuite, nous étions dans le bus pendant deux heures. Nous sommes arrivés à un groupe d’agriculteurs qui gèrent la noix de cajou. Ensemble, ils forment une coopérative. Ils étaient devant nous sur des motos sur une route cahoteuse épicée où nous étions autorisés à nous cogner la tête plusieurs fois au plafond. Quand ils sont arrivés à la plantation, ils nous ont montré les arbres de noix de cajou. Ils nous ont appris comment séparer la pomme de la noix et nous pourrions essayer cela nous-mêmes. Les agriculteurs nous ont dit des choses très intéressantes: comment le processus de croissance fonctionne, la formation qu’ils reçoivent, qu’ils gagnent maintenant assez. Qu’ils travaillent pour aider leur village et leurs familles. Et ils nous ont fièrement montré qu’ils ont aussi financé leur propre école en tant que groupe d’agriculteurs. En conséquence, leurs enfants peuvent maintenant aller à l’école à la maison.

Nous sommes allés manger dans un restaurant encore ce soir et certains ont essayé de nouvelles choses là-bas. Par exemple, Pieter a commandé un rouleau de maïs avec de la sauce à la viande (le nom local est le TO). Ben et Jerry se sont consacrés à la carpe. De plus, la salade et les frites étaient toujours très populaires. Après le repas, Fadi (notre guide) nous a dit que nous devions prendre le petit déjeuner à 5h30 demain. Nous avions eu peu parce qu’on était tellement fatigué. Heureusement, il nous a dit une heure plus tard que c’était une blague et  nous n’avons pris le petit déjeuner qu’à 8 heures. Maintenant que tout le monde est à jour, nous continuons avec un jeu de Cluedo.

samedi 24 février

 Ce matin nous nous sommes réveillés dans un Burkina Faso un peu plus frais que d’habitude, car il a plu un peu la nuit dernière. Notre journée de détente pourrait commencer.

Après un bon petit déjeuner à l’extérieur, nous sommes partis avec notre van au parc safari. Sur le chemin nous avons traversé un village où il y a beaucoup d’abus d’enfants. Beaucoup de filles y sont violées, parce que les populations locales trouvent important d’avoir beaucoup d’enfants.

Quand nous sommes arrivés au parc safari nous sommes allés à travers la forêt à pied. Les plaines sèches avec des arbustes se sont transformées en de belles forêts avec beaucoup de verdure. Nous sommes venus à un certain nombre de pêcheurs, et avec eux nous sommes allés dans un bateau. Excepté quelques trous dans le fond et un peu trop de monde c’était complètement sûr 😉 Ce n’était pas si chaud à cause de la pluie et si adorable sur l’eau. Nous avons vu de beaux oiseaux et soudainement un groupe de 7 hippopotames! Quelle belle bête, avec une très grande gueule.

L’idée était de voir des éléphants aussi. Donc, pendant qu’un homme partait à leur recherche en moto, nous sommes partis pour un restaurant. Une fois là, il est apparu qu’il n’y avait pas de nourriture, alors nous avons bu quelque chose. On nous a aussi dit qu’ils ne pouvaient pas trouver d’éléphants, malheureusement … Nous sommes donc retournés à Bobo-Dioulasso pour trouver un restaurant avec de la nourriture. Après le repas, il a été décidé que certains d’entre nous pourraient se reposer et nous sommes allés à l’hôtel pour se reposer pendant deux heures.

Koen Kampioen * et Tante Beppie *, nos grands amis de CREDO à Bobo, nous ont invités pour le dîner. Ils nous ont donné des noms Burkinabés, alors nous l’avons fait dans l’autre sens. Ils nous ont offert toutes sortes de plats traditionnels. La nourriture était délicieuse et l’ambiance était superbe. Koen, le chanteur, a chanté pour nous et nous avons aussi chanté ensemble. Des improvisations aux psaumes, c’est vraiment beau comment ça se passe ici et qu’ils se rejoignent à travers la musique et se donnent complètement.

Aussi ce soir, tous ensemble la journée a fermé, partagé nos expériences et une fermeture de soirée. En bref, une journée réussie avec des gens et des expériences formidables!

dimanche … à l’église!

Il est temps de rattraper notre dimanche au Burkina Faso! Après le petit déjeuner à l’hôtel nous avons été conduit à une église appelée «Assemblées de Dieu». Après 8 heures, l’église a commencé à se remplir de Burkinabés.

Le dimanche est vraiment un jour spécial ici: tout le monde avait l’air propre et festif. Les femmes avaient de belles robes. Tous les enfants étaient assis sur des bancs, deux petits chorales étaient assis à gauche et à droite sur le devant. Nous avions un homme qui nous a traduit le service du français vers l’anglais.

Le service a commencé par la prière, chacun à haute voix pour lui-même. Vraiment quelque chose dont nous ne sommes pas habitués! C’était assez accablant, partout autour de vous la prière. Il y avait beaucoup de chants, nous avons remarqué que les gens chantent vraiment de leurs coeurs. Cela pourrait aussi causer la quantité de volume … wow! Nous étions désolés que nous ne puissions pas chanter nous-mêmes. Les gens du Burkina Faso peuvent aussi danser. À la collecte, tout le monde s’est avancé en dansant pour donner son argent. Il y avait des chansons que tout le monde chantait et il y avait des chansons que chantaient les différentes chorales. Il y avait une chorale d’enfants, avec un garçon en tant que chef d’orchestre, il y avait une chorale de huit filles qui pouvaient très bien chanter, une chorale de femmes et une chorale mixte. Toutes les personnes qui étaient dans cette église pour la première fois ont été autorisées à se présenter, alors nous aussi. Nous avons trouvé cela plutôt agréable et accueillant!

Le sermon était sur la fraternité. Nous avons lu de nombreux textes bibliques différents qui consistaient à partager des choses les uns avec les autres dans une église, à être ensemble en Christ et ce que cela signifie pour nous tous. De l’église nous avons parlé aux gens pendant un moment …

Le reste de la journée, nous avons fait une courte promenade à Bobo et nous avons séjourné à l’hôtel. Nous avons également mené une étude biblique sur la pauvreté et l’injustice. De plus, nous disons au revoir à Bobo, car demain nous retournons à Ouagadougou!

Lundi, nous sommes de retour à Ouaga!

Aujourd’hui nous avons été autorisés à dormir pendant un moment. Après avoir emballé nos valises et fait une photo de groupe pour l’hôtel, nous sommes tous allés dans la camionnette pour commencer le long voyage de retour à Ouaga.

Bien sûr, ce n’était pas un voyage ennuyeux. Il n’y a jamais eu de silence parce que Benjamin mettait l’ambiance. En chemin, nous avons fait des jeux dont: Qui est-ce? Après que Benjamin a finalement deviné le mot cafard, Rosaly s’est avéré être une grenouille.

À midi, nous avons mangé au même restaurant que sur le chemin. L’homme du restaurant nous a reconnus tout de suite et a voulu offrir à nouveau des piments épicés, mais ils ont vite rejeté ce fameux piment. Sur le chemin, nous avons vu que Ouagadougou devenait de plus en plus sec. Cela a de grandes conséquences pour les gens. Il y avait aussi une manifestation de femmes qui demandaient un meilleur accès à l’eau. Vous voyez aussi que les gens sont pauvres, mais très amicaux.

Nous sommes arrivés à notre hôtel vers 17h00. Après avoir fait quelques relax jusqu’à 18h00, nous sommes allés au restaurant sur le chemin. Avant d’y aller, Fadi nous a montré quelques endroits à Ouaga. Nous avons visité le monument du soulèvement des années 80 et 2014. Et nous sommes allés visité la fille nouveau-née de Fadi, elle s’appelle Selma Arielle.

Et puis nous sommes allés au restaurant. Nous sommes entrés et il y avait des chaises brillantes et des lumières joyeuses. Et quand nous avons eu le menu, nous ne pouvions vraiment plus en profiter. Vous pouvez choisir ce que vous voulez: des hamburgers, des frites et même de l’ananas fraîchement pressé et du jus d’orange. Nous avons eu un double sentiment: vous vouliez en profiter, mais vous avez toujours en tête que vous avez vu la pauvreté depuis huit jours. Pendant huit jours, vous avez vu des gens mendier et, avant d’entrer dans le restaurant, nous avons vu une autre femme mendier le long de la route avec un bébé dans ses bras. C’est pourquoi cela reste un sentiment très double. Mais malgré cela, nous avons apprécié la vitamine fraîche et la nourriture délicieuse. Et maintenant, nous avons une conversation agréable.

Mardi, des crédits aux souvenirs

Aujourd’hui nous avons eu une journée utile et amusante. Après avoir pris le premier petit déjeuner dans le nouvel hôtel, nous avons pris le bus pour ACFIME. C’est une organisation qui accorde des microcrédits aux entrepreneurs et qui faisait partie de CREDO.

Un des managers nous a parlé du travail qu’ils faisaient et l’un des employés nous a montré deux entreprises soutenues par le micro-crédit. Nous sommes d’abord allés à un magasin de meubles qui a été détruit par le feu, mais qui fonctionne maintenant sans problème avec l’aide d’ACFIME. Ensuite, nous sommes allés visiter une entreprise qui fabrique des produits biologiques, des produits avec des chenilles. Presque tout le monde a pris un biscuit avec des chenilles.

Après avoir visité les entreprises et s’être reposé pendant une heure dans la chambre d’hôtel, nous sommes allés déjeuner dans un restaurant et sommes ensuite allés au marché.

Sur le marché, nous sommes allés chercher des souvenirs. Cela a été fait beaucoup plus vite par les messieurs que par les dames, mais cela n’a pas beaucoup d’importance. Tout le monde a finalement trouvé et pris de belles choses. De retour à l’hôtel nous avons commandé notre nourriture et l’avons mangé après une bonne heure et demie africaine (retard, toujours comme d’habitude en Afrique). Il est presque onze heures et comme demain nous retournons au pays, nous irons dormir.

Groupe des jeunes Holladais

Leave a Comment

Your email address will not be published.